J'ai toujours été passionné par le pourvoir émotionnel d'une image, quelque soit sa forme artistique (peinture, sculpture, cinéma, photo etc...). J'ai aussi grandi dans un milieu proche de la musique ancienne, mon père est musicologue, spécialiste de la musique de la renaissance espagnole, j'écoutais donc Clément Janequin ou Cristobal de Morales quand mes camarades écoutaient Patrick Bruel. La musique de la Renaissance c'est l'age d'or de la musique vocale, la notation se stabilise, les techniques d'écriture se consolident, l'art vocal explose. Cette influence musicale est très présente dans mon écriture, beaucoup de contrepoint, de modalité et surtout une grande place accordée à la voix. C'est donc tout naturellement que je tente de rapprocher la musique de film et l'art choral, le choeur supplantant petit à petit l'orchestre traditionnel comme c'est le cas dans ma composition Loulou, une commande du choeur Mikrokosmos dirigé par Loïc Pierre pour le film Loulou de G. PABST ou dans la musique du film Norvège. Pour la musique de Loulou, qui est un film muet, le choeur a un texte porteur de sens, non pas redondant avec le sens de l'image, mais qui la met en valeur par un sens parallèle, plongeant le spectateur dans une atmosphère tout à fait particulière.
      Mon amitié pour le compositeur Thierry Machuel et la grande admiration que j'ai pour sa musique me poussent de plus en plus à me dévouer entièrement à la musique chorale, trop dénigrée par les compositeurs français actuels. Le choeur est pourtant un instrument fascinant qui a une immédiateté émotionnelle, la voix est un instrument sans intermédiaire, directement connectée à l'interprète, et d'une grande richesse de timbre et de sonorité (pour peu qu'on s'intéresse aux musiques vocales extra-européennes).

Bonne visite et bonne écoute.

Julien Reynaud

Retour à la page d'index